ader
connectPrint
Vous êtes ici: ACCUEIL Comprendre Autre QU’EST-CE QUE LA PERMACULTURE ?
 
QU’EST-CE QUE LA PERMACULTURE ? PDF Imprimer Envoyer

Rétro-Adéroscope n°35

par Erich Graf à Berlin (juillet 2005)

 

«La permaculture offre une approche radicale en ce qui a trait à la production de nourriture et au renouveau urbain, à l'eau, à l'énergie et à la pollution. Elle intègre l'écologie, le paysage, le jardinage biologique, l'architecture et l'agro-forestrie en créant une manière de vivre riche et "durable".

Elle utilise la technologie appropriée donnant de hauts rendements pour un faible apport d'énergie, réalisant une ressource d'une grande diversité et stabilité. Les principes de design sont applicables autant par les habitants urbains que ruraux».

 

Trois principes éthiques sont à la base de la permaculture (contraction de «permanent agriculture»)!

- Prendre soin de la Terre

- Prendre soin des gens

- Limiter la consommation et la reproduction, et redistribuer les surplus

 

Quels sont les principes de design de la permaculture ?

Plusieurs principes de design s'ajoutent aux principes éthiques. Ceux-ci sont moins généralement admis que les 3 principes éthiques.

1/ Observer et interagir

2/ Capter et emmagasiner l'énergie

3/ Obtenir un rendement

4/ Appliquer l' autorégulation et accepter la rétroaction

5/ Utiliser et valoriser les services et ressources renouvelables

6/ Ne produire aucun déchet ni gaspillage

7/ Concevoir à partir des modèles jusqu'aux détails

8/ Intégrer plutôt que ségréguer

9/ Utiliser des solutions petites et lentes

10/ Utiliser et valoriser la diversité

11/ Utiliser les bords et valoriser le marginal

12/ Utiliser et répondre au changement de façon créative

 

La permaculture est donc un assemblage de principes éthiques et de principes de design pouvant servir de guide à l’établissement d’un environnement et d’un mode de vie basés sur la permanence et la viabilité énergétique et écologique.

 

Le design

Le design en permaculture sert à lier ensemble les éléments pour former un tout. Le but du jeu est de placer les éléments selon ce qu’ils consomment et ce qu’ils produisent... ou selon ce dont ils ont besoin et ce qu’ils font (ce qui entre/ce qui sort).

 

Exemple:

Mes poules ont besoin de nourriture et mon verger à besoin d’engrais. Mes poules produisent du fumier et mon verger produit des pommes qui tombent sur le sol. Je vais donc faire le lien entre ces 2 éléments (poules et verger) en plaçant tout simplement les poules dans le verger. Les poules vont se nourrir des pommes tombées sur le sol et vont en même temps fertiliser le sol avec leurs excréments.

 

Fournir peu d’énergie pour un grand rendement...

Dans cet exemple, j’ai eu à investir très peu d’énergie pour nourrir mes poules et fertiliser mon verger. Je n’ai eu qu’à faire le lien entre les éléments. Aussi, un élément peut remplir plus d’une fonction (c’est très souhaitable). Dans notre exemple, les poules pourraient très bien remplir les fonctions de fertilisation, de désherbage et d’élimination du surplus d’insectes nuisibles.

 

Chaque élément remplit plus d’une fonction, chaque fonction importante est remplie par plus d’un élément...

Aussi, chaque fonction importante devrait être remplie par plus d’un élément. Ça assure une plus grande stabilité si un élément devait se retirer de la partie. Dans notre exemple, la fonction de nourrir les poules est assurée par les pommes qui tombent au sol, les herbes diverses qui y poussent, les insectes... on pourrait aussi nourrir les poules manuellement avec de la nourriture extérieure au verger... L’humain serait alors le 4e élément qui remplirait la fonction de nourrir les poules. Plus il y a d’éléments qui remplissent la même fonction, plus cette fonction est assurée d’être desservie, donc plus le système est stable.

 

Voir des solutions au lieu de voir des problèmes...

On voit le monde à travers nos perceptions. En changeant nos perceptions, on arrive donc a modifier les situations que nous vivons.

Par exemple, quelqu’un pourrait dire qu’il a une invasion de limaces dans son jardin et percevoir cette situation comme un problème. Cette personne pourrait aussi se dire : «surplus de limaces hein? Ça ferait un bon festin pour des canards !»

 

Autre exemple, quelqu’un pourrait dire : «chez moi, il vente trop fort». Si cette personne changeait sa manière de voir les choses, elle dirait peut-être : «je vais planter des arbres pour dévier le vent, ainsi il n’atteindra pas ma maison et je pourrais me servir de sa force pour faire de l’électricité éolienne».

 

Y a t-il d’autres principes ?

* Modifier le moins possible la nature.

* La nature est le meilleur enseignant ; imitons et recréons les modèles de la nature.

* Maximiser la diversité, la proximité et les interrelations.

* Le sol est important ; protégeons-le en ne le laissant jamais à nu (plantes ou paillis). Créons-

le s’il est pauvre ou inexistant.

* Économiser l’énergie sous toutes ses formes.

* Le système doit produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. Viser à ce que le système s’auto-

entretienne.

* La nature inclut tout dans son cycle et tout fait partie du cycle de la nature. Il n’y a pas de

déchets, tout sert à quelque chose.

Tout doit être recyclé , faire partie du cycle. Le déchet de l’un est la matière première de l’autre.

* On doit tout inclure dans le design (bâtiment, humains, etc.)

* S’aménager un lieu sacré. Etc. etc.

 

Comme la permaculture est un ensemble de principes généraux (faire plus avec moins, prendre en considération les divers effets de chaque élément, créer des liens, etc.), elle peut être appliquée dans n’importe quel domaine. Entre autres, la construction, l’urbanisme, le commerce, l’éducation, tout comme la vie personnelle, peuvent profiter des principes apportés par la permaculture. Les trois principes éthiques de base peuvent évidemment s’appliquer à tout (prendre soin des gens, prendre soin de la terre, limiter notre consommation et partager les surplus).

 

La «décroissance énergétique»

Augmenter l'efficacité tout en réduisant l'énergie investie, créer des établissements humains intégrés à l'environnement et énergétiquement viables, produire de la nourriture et des ressources de qualité tout en assurant le renouvellement de celles-ci pour les générations qui viendront après nous ; voilà ce que la permaculture propose.

Mais ce n'est pas tout. La permaculture est constituée de principes et de stratégies nous guidant vers l'inévitable et nécessaire décroissance énergétique.

Que vous habitiez la ville, la campagne ou la banlieue, vous pouvez profitez des principes et stratégies apportés par la permaculture. Que vous ayez une ferme, une parcelle dans un jardin communautaire ou un bord de fenêtre, vous pouvez en augmenter la productivité en investissant peu d'énergie. Que vous soyez urbaniste, agronome, gestionnaire d'entreprise ou enseignant, les principes qui composent la permaculture peuvent améliorer la qualité de votre travail et de votre vie.

La permaculture est inclusive, elle propose une vision d'ensemble, elle invite à créer des liens, elle prend en compte tous les facteurs, parce que tous les éléments ont un rôle à jouer.

 

Alors, par où commencer ?

Commence par où tu es.

La première étape, c’est l’observation. Observe ton état, ton environnement direct.

Que pourrais-tu faire pour améliorer ta situation et ton environnement sans grand effort? La production de nourriture est une des priorités. Si tu ne disposes pas d’un terrain, tu peux prendre part à un jardin communautaire, ou prendre une entente avec quelqu’un qui a de l’espace et qui ne l’utilise pas.

Pas besoin d’un grand espace pour produire de la nourriture !Un des principes de la permaculture est de faire plus avec moins.

L’espace disponible sera donc maximisé.

Grâce à l’empilage et à la succession, il est possible de produire une grande quantité de nourriture dans un petit espace, comme un balcon par exemple.

L’empilage est simple et amusant. Le but du jeu est de remplir l’espace au maximum. Pense en 3 dimensions!

Certaines plantes grimpent, d’autres préfèrent l’ombre ; certaines ont des racines profondes, d’autres ont des racines juste sous le sol.!

Il est possible de planter les végétaux assez proches l’un de l’autre. Pas obligé de faire des rangs bien espacés !

La succession est un principe qu’on applique au jardinage. Les plantes peuvent être plantées successivement pour qu’elles utilisent l’espace à tour de rôle. On plantera de la laitue, par exemple, à chaque 2 semaines. La récolte des plants matures laissera de l’espace aux plants plus jeunes qui auront profité de la protection des plus vieux.

 

«Nous considérons qu'il y a assez de preuves des problèmes globaux, mais pas assez de modèles de solutions pratiques. [...] nous sommes sûrs que les solutions réalistes, positives et pratiques ont le plus grand des effets sur les problèmes, et c'est dans ce domaine que nous préférons mettre nos énergies.»

 

 

Vous souhaitez réagir, écrivez-nous en cliquant ici!


A lire: La Revue durable n°50 (La permaculture : un monde d'abondance à découvrir)
 
  trait
  Horus Horus